top of page
  • Photo du rédacteurKasey Barbey Sallurday

Ma Danse Spirale de Re-Naissance

Partagé originellement en Septembre 2022


« Chacun de nous est un centre mouvant, un espace de mystère divin. Et même si nous passons le plus part de notre temps en surface dans les détails quotidiens de l'existence ordinaire, la plupart d'entre nous ont soif de se connecter à cet espace intérieur, de le franchir vers la béatitude, être emporté dans quelque chose de plus grand que nous... » ― Gabrielle Roth


Je vous écris à nouveau après plusieurs mois, mais cela ressemblera à une petite vie entière. Mon rôle de maman a été au premier plan ces 2 dernières années en me concentrant sur la préparation pour, l'arrivée de, et la présence à plein temps avec mon deuxième enfant, Leila Luz.

Le changement est en effet la seule constante, mais depuis peu, ma famille et moi avons clôturé un chapitre important de notre vie et en avons commencé un nouveau où nous nous installons maintenant dans un nouvel espace de vie dans le département français voisin de l'Ain (Ecorans est un petit hameau un pied du Jura). En plus de la logistique et des formalités administratives liées au déménagement dans un nouveau pays, cela signifie une nouvelle école pour notre aîné, Caelan Sol (il a 8 ans ce mois-ci !! … peut-être vous souvenez-vous même de mes lettres datant de ces premiers jours) et avec Leila nous traversons la grande (et émotive) période où elle passe maintenant plusieurs jours dans une jolie éco-crèche. Je ressens une immense gratitude pour le fait que les deux institutions soient alignées sur nos propres valeurs personnelles.

Cette période de séparation et de changement pour ma famille a certainement ses défis pour mon cœur et l'esprit de maman. Et en même temps, il y a une autre partie de mon identité qui appelle également mon attention et une présence plus complète. C'est une autre facette de mon âme créative qui aspire à se nourrir et à s'exprimer avec plus d'espace et de liberté. Et c'est le moment pour moi de retrouver cette partie de moi-même qui, inévitablement, a été directement influencée et inspirée par toutes les expériences de vie que j'ai acquises au cours de ces 2 dernières années.

J'ai eu la joie de passer l’autre week-end dans les jardins magiques de Mamajah (Bernex, CH) et j'ai eu une journée entière pour moi où j'ai plongé avec enthousiasme dans des ateliers de transformation et de guérison tels que la libération vocale, la respiration alchimique, un cercle de femmes autour du feu sacré et un cours de Kundalini Yoga. J'ai pleinement apprécié de pouvoir traverser la journée à mon rythme, d’écouter - et donc plus facilement honorer - mes besoins et mes envies ainsi que de bénéficier grandement d'être à la place du participant pour les riches expériences mentionnées ci-dessus. Cela m'a rappelé à quel point il est bon d'être dans un espace où nous sommes si nombreux à nous rassembler au nom de la guérison, du partage, de la transmission et de la co-création. Et aussi à quel point je suis prête à retourner plus activement dans mon petit monde pour faire ma part dans la création de ces espaces vraiment sacrés qui nous aident à bien être et de vivre avec une plus grande harmonie et à guérir effectivement les grandes et les petites blessures dans nos cœurs.


Il y a une partie de ce travail que je trouve naturellement thérapeutique et curative. Comme intention avant chacun de mes cours de yoga, chaque cercle, chaque atelier, je mets l'accent sur la création de l'espace et des activités au service du plus grand bien de tous. Ensuite, je lâche prise et je fais confiance que ce qui doit se dérouler arrivera effectivement.

Malgré cette affirmation des forces intérieures et extérieures à l'œuvre, je suis en mesure de vous dire aujourd'hui que je reconnais bien une voix intérieure qui n'ose pas à nommer cet effet thérapeutique et curatif pour ce qu'il est. Une voix intérieure qui reste timide et réservée.. et pas seulement par profond respect pour les participants, car c'est juste et fondamental.. mais plutôt enracinée quelque part dans une peur profonde de la critique et de la non-acceptation de ma propre capacité à être une guide et facilitatrice de guérison. Les sources conventionnelles d'un diplôme ne sont tout simplement pas là. Cependant, dans une partie encore plus profonde de moi-même, je sais que les véritables sources de cette crédibilité sont toutes invisibles… l’expérience et la sagesse, l’instinct et l’intuition, l’énergie et les sensations subtiles. Enfin, ceux-ci ont été mes premiers maîtres du véritable pouvoir de ces pratiques, du potentiel inné de ces techniques allié avec un espace sécurisant et bienveillant qui protège et contient ce travail intérieur sacré pour chacun et collectivement.

Mon parcours de mouvement thérapeutique a en fait commencé avant que je sache qu'il pouvait être considéré comme tel avec des cours de danse consistants entre mes 5 et 18 ans. Il n'y avait pas d'elemente compétitive qui était encouragée dans notre studio de danse, ce qui signifiait qu'il était axé sur le plaisir et les amitiés, l'expression personnelle, émotionnelle et conceptuelle, et la pratique d'une forme classique (et ancienne) d'art créatif à travers le véhicule du corps.

Je savais que je ne poursuivrais pas une carrière de danseuse professionnelle - pas entièrement par désintérêt, mais sûrement sur la base d'une évaluation trop critique de mon niveau de compétence et d'une fausse croyance selon laquelle faire carrière dans les arts est réservé à quelques personnes exceptionnelles. Et alors, à l'université, je me suis progressivement retrouvé à définir mon domaine d'étude comme étant la santé publique - un programme large et général qui couvre de nombreux sujets mais sans grande profondeur, qui sont tous axés sur la santé et le bien-être des individus et des communautés, entre l’aspect mental à la santé environnementale, la prévention des maladies aux techniques de conseil et guidance, et bien d'autres sujets parmi eux. Mes stages choisis comprenaient l'éducation nutritionnelle pour les enfants des quartiers mal desservis et en ouvrant la voie à des collaborations avec un jardin botanique et historique de Philadelphie (et incluant l'éducation de la pratique du “composting” pour la communauté).

Au cours de ces années universitaires, la prochaine étape du mouvement thérapeutique a émergé (toujours sans le savoir) alors que je découvrais essentiellement le yoga en testant tous les cours de yoga gratuits proposés aux nouveaux élèves dans les studios de Philadelphie (PA, USA) où je vivais. J'ai été immédiatement attiré par cette approche consistant à se rencontrer consciemment et intentionnellement par le mouvement de manière méditative et cela m'a certainement aidé d'avoir déjà développé un bon niveau de conscience corporelle, de sorte qu'il était facile de recréer les formes et les postures qui étaient guidé. Il y a eu un retour à ce que j'avais développé dans mes années de danse : concentration mentale, autodiscipline, écoute des sensations et de l'expression personnelle que j'étais heureuse de retrouver avec cette nouvelle forme de mouvement. Naturellement (et même trop vite dit la voix intérieure de la résistance et du doute), j'ai saisi des opportunités pour guider les autres (gratitude à mes colocataires de la Maison Verte) dans ces pratiques de yoga que je sentais si bénéfiques. J'ai apprécié l'équilibre entre le mouvement et l'immobilité, le faire et l'être et j'ai adoré ce que je ressentais après chaque cours, alors naturellement j'étais enthousiaste à l'idée de partager l'expérience avec mes proches.

Il se trouve que je travaillais au centre sportif de mon université qui proposait des formations pour les animateurs des classes de fitness en groupe. Cela m'a conduit à plusieurs programmes de certification d'un week-end au fil des ans, qui ont servi de base pour guider les autres en toute sécurité dans divers cours d'exercices physiques. Concevoir ce genre de chorégraphies d'entraînement mises en musique, puis guider une classe tout au long des séances jusqu'au moment du bonheur post-effort devienne l'un de mes travaux secondaires. Le yoga est devenu l'une de ces activités de fitness en groupe pour lesquelles j'ai été formé et en 2009 et j'ai passé mon dernier semestre à enseigner des cours de yoga à des amis et à la famille, à d'autres étudiants de l'université et dans un studio local où j’ai grandi.

Il semble que pour la plupart des yogis occidentaux, la pratique commence par le corps... qui en plus d'être simplement ce qu'il est, cela semble tout à fait normal car c'est la partie de nous-mêmes qui est visible et faite de matière solide. Dans notre culture, une grande partie de notre identité est associée à notre apparence physique. Et puis, même si ce n'est pas prévu comme tel, il semble que la magie de cette pratique et de cette philosophie ancienne commence à devenir plus présente et évidente pour le praticien-ne et que des niveaux plus profonds de soi commencent à se dévoiler.

Ayant toujours un intérêt pour la psychologie humaine, j'ai pris conscience de la profondeur de tout cet "iceberg du yoga" et j'ai plongé avec enthousiasme en participant à des cours chaque fois que possible et en lisant des livres et des articles qui ont informé et inspiré non seulement la façon d'aborder la pratique, mais comment aborder la vie elle-même.


Après avoir obtenu mon diplôme en santé publique, j'ai parcouru une vingtaine de pays qui offraient une sorte d'équivalent de diplôme issu de l'Université de la Vie. Pendant ce temps, j'ai pratiqué le yoga dans des studios de New York à la Californie, dans des centres à San Cristobal de la Casa (Mexique) et à Berlin, et tout aussi important, je me suis retrouvé encore et encore chaque matin avec des bouffées d'encens Nag Champa dansant à travers l'air tandis que je sois sur mon tapis de yoga bleu et basique qui m'accompagnait sur des terrasses, dans les minuscules chambres d'hôtel, sur des plages, dans la jungle et sur des toits. Cela est devenu mon ancre personnelle tout au long de mes voyages pour accompagner les paysages en constante évolution et les états émotionnels et mentaux fluctuants que je vivais. Mon yoga était l'une des seules constantes. La seule chose qui semblait sûre et sous mon contrôle. Pendant très longtemps, Light on Yoga d'Iyengar et un livre de Sivananda Yoga ont été mes guides. Ces pratiques matinales m'ont offert de la stabilité et la tranquillité, un sentiment de calme et de rassurance au milieu de toutes les inconnues.

Pendant cette période, j'ai rencontré mon cheri et en 2012, je me suis mariée et je me suis installée à Genève comme nouvelle base et je me suis lancée sur la voie en travaillant comme indépendante. Cela marque le début de la troisième partie de ce « parcours du mouvement thérapeutique » comme je l'ai affirmé (même des fois timidement) en décidant de travailler à plein temps comme professeur de yoga en 2013. Quatre ans se sont écoulés depuis cette mini-formation de professeur de yoga, fondamentalement symbolique. Mais je suis des centaines d'heures de pratique plus tard et je suis déterminé à gagner ma vie en faisant quelque chose qui me passionne.

Mon « pourquoi » personnel pour ce chemin très personnel était plutôt simple… Il était franchement temps de me mettre au travail et je ne pouvais pas vraiment imaginer faire autre chose avec mon temps et mon énergie que de pratiquer et de partager le yoga. Il y avait une condition distincte, cependant. Il y avait déjà suffisamment de professeurs de yoga (déjà à l’époque) et il ne suffisait donc pas d'être encore une autre professeure de yoga. Je me suis tenu strictement responsable d'apporter ma contribution avec des séances bénéfiques et d’une haute qualité pour les participants. J'ai réaligné mon esprit avec cette intention de cœur pour offrir un espace et une pratique au service de la santé et au bien-être (toujours pas prêt à dire «guérison») chaque fois que mon stress lié à la prise de parole en public s’intensifié.

Les insécurités, un sentiment de syndrome de l'imposteur et un mauvais français n'étaient pas la compagnie la plus confortable pour mes premières années d'enseignement à Genève. J'ai pratiqué et préparé mes cours pendant des heures. J'ai auto-évalué de manière critique ce qui devrait être amélioré ou modifié, puis appliqué efficacement en créant et en enseignant activement des cours pour enfants, adolescents, adultes et personnes âgées. J'ai saisi et reçu des opportunités de donner des cours dans des espaces du quartier, des parcs, des studios, des banques, des organisations internationales, des maisons de retraite, des maisons privées et des festivals. Je reste éternellement reconnaissante pour les opportunités qui m'ont été confiées de remplacer mes propres enseignant-es à Genève ainsi qu'à tous ceux qui ont toléré mes luttes avec la langue et qui ont accompagné toute la croissance personnelle que j’ai parcouru. Au cours de ces 9 dernières années (avec des pauses taillées pour la famille que nous avons grandi depuis), j'ai guidé bien plus de mille heures de yoga et de méditation. Et j'ai bien rechargé mes propres batteries d'inspiration avec des ateliers, des week-ends et des cours avec d'admirables enseignant-es aux États-Unis et en Suisse.

En 2015, mon âme créative a réclamé des échanges plus riches et plus de liberté pour explorer des techniques et des activités qui nourrissent, inspirent et se reconnectent à soi, aux autres et à Mère Nature. Mon initiation à la maternité en 2014 a également alimenté le feu que j'ai ressenti pour développer des espaces dédiés à la santé et au bien-être individuels et collectifs notamment à travers des cercles de femmes, des cercles sur le thème de la grossesse/l’enfantement et des rituels personnalisés ainsi que des ateliers et des retraites où nous avons dansés et créés, exprimés et témoignés, reconnus et expérimentés ce qui était nécessaire pour notre croissance personnelle et à notre guérison individuelle. Ma palette d'ateliers s'est récemment élargie pour inclure la gestion du stress et de l'éco-anxiété pour les adolescents.


La richesse de ces espaces authentiques, artistiques et thérapeutiques m'a amené dans un lieu que j'ai la chance de connaître et que j'ai envie d'explorer plus profondément. Au moment où j'écris ces lignes aujourd'hui, un nouveau chapitre de mes projets personnels-professionnels se profile à l'horizon. La poussière se dépose lentement dû à nos changements récents et plus d'espace s'ouvrira dès maintenant qui me permettra de m'installer, de me centrer et d'écouter comment cela peut prendre forme spécifiquement.

Mon intention et mon désir sont de continuer à tisser ensemble la sagesse ancienne avec l'intuition personnelle et de créer et guider des expériences pour les individus et les groupes afin de trouver un plus grand sentiment d'harmonie et de guérison, à la fois interne et externe.

Déjà, à cet instant, un petit espace s'est ouvert. L'étincelle de l'écrivaine brille et l'envie de partager avec vous, cher tisseur-euse, est réelle. Parce que je sais que je suis inspiré par votre histoire, par la connaissance de vos défis les plus profonds et vos joies les plus brillantes, parce que je ressens que cela ouvre mon cœur et mon esprit à la similitude de nous tous et à la reliance de toutes choses. La richesse de l'expérience humaine est fascinante et il est bon de se rappeler parfois que chaque émotion et circonstance a en effet sa place sur le spectre arc-en-ciel de la vie. Et donc d'une manière vaste et cosmique, elle appartient et elle aussi passera.

Puisse ce partage être simplement un moyen d'établir des liens plus profonds et servir de miroir pour votre propre cœur guérisseur. C'est la beauté de partager une pratique avec vous. Nous pouvons partager l'espace ensemble pour chacun-e d’explorer et de découvrir ce qui doit être entendu, affirmé ou honoré dans le moment présent.


Je ressens toujours l'appel distinct à partager avec vous à quoi ressemble ma méditation en mouvement aujourd'hui. À sa manière, il comprend tout ce que j'ai vécu. Il a tendance à être fluide mais est de plus en plus ancré. C'est une danse méditative avec de précieuses pauses pour écouter et être. C'est une chorégraphie unique qui se déroule à chaque fois dans l'instant présent. Le même mouvement demain serait une expérience différente.

J'emprunte des gestes poétiques au Qi Gong. J'intègre des techniques issues du Do-In, une forme d'auto-massage merveilleux. Ces deux éléments ajoutent la riche dimension des méridiens énergétiques et leurs organes, émotions et saisons correspondants permettent une prise de conscience croissante des effets de ce que nous faisons. Je planifie mes cours mais j'ai aussi affiné mon enseignement intuitif. Et je suis ravi de continuer sur ma voie d’accompagner mes proches et ma communauté plus large, non seulement avec des techniques thérapeutiques de mouvement et de la méditation, mais aussi avec l'expression créative, le chant et le son, l'armoire de alliées naturelles composée d'herbes, d'huiles, d'essences, de pierres et bien plus encore. J'ai un profond désir de retrouver les connaissances et la sagesse terrestres qui ont soutenu l'humanité depuis les temps primitifs. Pour moi, ces séances sont, déjà en soi, thérapeutiques dans leur potentiel d'approfondir un sentiment de communauté et de relation avec tout ce qui existe. Enfin, c'est bien ce sentiment ou l’illusion de séparation qui est au cœur d'une grande partie de la souffrance dont nous sommes témoins en nous-mêmes, chez les autres et qui est dirigée vers l'entité vivante de la Terre Mère.

C'est le moins que je puisse faire pour ma part; créer des espaces pour moi-même et les autres pour se reconnecter.. Pour s’écouter, se ressentir et s'aimer plus profondément.. Pour honorer et guérir ce qui est nécessaire. C'est ce que signifient pour moi les effets curatifs et thérapeutiques. Mon cœur est toujours concentré sur l’encadrement bienveillant de ces conteneurs où nous pouvons intégrer nos leçons de vie, faire la paix avec ce qui est, puis passer passionnément, sinon avec joie, à l'instant suivant en nous sentant plus confiants, autonomes et parfaitement imparfaits comme nous le sommes en ce moment.


Parfois, nous devons nous rappeler où nous sommes allés et nous rappeler notre propre histoire afin de réaliser pleinement où nous en sommes et de nous aider à savoir où nous aimerions aller à partir d'ici. Je pense que cela peut apporter de la clarté sur la découverte de nos rêves et désirs les plus profonds et agir sur la reconnaissance et la valorisation de nos dons personnels et de notre “medicine” propre. Merci de faire partie de ce processus pour moi, de quelque manière que vous soyez. Et si vous souhaitez continuer ce voyage avec moi et me soutenir de manière très significative, vous pouvez rejoindre l'une de mes prochaines pratiques ou ateliers... détails ci-dessous !

Enfin, alors que ce nouveau chapitre s'ouvre pour moi avec un air de renaissance, j'envoie le message que je recherche également de nouvelles opportunités, lieux et espaces pour partager mes pratiques et développer mon plein potentiel. Si vous souhaitez me contacter directement et voir si ma palette et mes possibilités pourraient être au service de votre chemin personnel ou de votre espace, que ce soit dans un cadre individuel ou de groupe, je serai heureuse de le savoir ! Enfin, si vous connaissez ou faites partie d'un projet existant qui pourrait bénéficier de mes activités, les collaborations sont l'une de mes façons préférées de travailler, alors co-créons quelque chose de merveilleuse et guérisseuse !

Encore et encore, que ce que je partage aujourd'hui et comment je le partage soit au service du plus grand bien possible.

Envoyé à vous envelopper d'amour pur et de la lumière,

Kasey Anne (Kipp) Sallurday Barbey

xx


" Vous devez juste décider de vous contenter de rien de moins que

d'être PLEINEMENT VIVANT, pour vous présenter,

être qui vous êtes et partager vos dons.

- Gabrielle Roth

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page